DNVGL.com

Breadcrumbs

Le Pacte Mondial des Nations Unies engage les entreprises vers la RSE

Une nouvelle enquête mondiale révèle : les Nations Unies transforment l’engagement des entreprises envers la responsabilité sociétale et le développement durable

Megapole à la tombée de la nuit
New York : La responsabilité sociétale est aujourd’hui solidement ancrée à l’ordre du jour des entreprises, pour autant il est urgent de transformer les paroles en actes. Il s’agit de l’une des conclusions clés du rapport « Impact – Transformer les entreprises, Changer le monde », élaboré par DNV GL pour le compte du Pacte Mondial des Nations Unies. Ce rapport conclut que le Pacte Mondial des Nations Unies, l’une des initiatives mondiales les plus importantes dans le domaine de la RSE, et la communauté des entreprises, ont eu un impact sur l’essor de la responsabilité sociétale et du développement durable au cours des 15 dernières années. Le rapport émet également des recommandations pour accélérer la marche vers un futur plus durable.
  • Publié :
  • Auteur :
  • Mots clés: Business Assurance, Other sectors
Dr Henrik O. Madsen
Dr Henrik O. Madsen, précédent President du Groupe & Président Directeur Général de DNV GL.
George Kell
Georg Kell, Directeur Général du Pacte Mondial Nations Unies.
Dr Henrik O. Madsen presents the 'Impact' report to UN Secretary-General Ban Ki-moon and Sir Mark Moody-Stuart, Chairman, Foundation for the Global Compact in the UN General Assembly.
Le Dr Henrik O. Madsen présente le rapport 'Impact' au Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et à Mark Moody-Stuart, Président de la Fondation Pacte Mondial aux Nations Unies.

« Notre évaluation démontre que le développement durable et la responsabilité sociétale ont traversé des évolutions notables, cependant les mutations futures pourront voir le jour uniquement si nous sommes capables d’accélérer la progression, l’envergure et de renforcer nos efforts. Les entreprises ne peuvent être les seules à se mobiliser. Nous devons par conséquent offrir des espaces pour la coopération, également pour les législateurs, les professionnels scientifiques et la société dans son ensemble, » déclare Dr Henrik O. Madsen, Président du Groupe et PDG de DNV GL.

« Ce rapport confirme que le vent tourne pour les pratiques d’entreprise. Au cours des 15 dernières années, les entreprises du monde entier prennent conscience de leur rôle au sein de la société et commencent à mettre en place des mesures significatives pour opérer de manière plus responsable et innovent pour un futur plus vert, plus durable. Malgré tout, il reste un long chemin à parcourir et le Pacte Mondial des Nations Unis demeure fortement engagé dans la mobilisation des entreprises où qu’elles soient, pour être une grande force pour le bien du monde, » affirme Georg Kell, Directeur Exécutif du Pacte Mondial des Nations Unies.
   
Les changements remarquables que nous avons décelés au cours des 15 dernières années (constatations du rapport) :

  • La responsabilité sociétale imprègne plus fortement les marchés et les secteurs dans le monde entier. Les signataires du Pacte Mondial sont présents dans 156 pays, et 25% des plus grands groupes au monde y adhèrent.
  • Une compréhension plus exhaustive de la complexité et l’interdépendance des défis globaux a émergé. Les partenariats et la coopération sont la nouvelle norme.
  • L’augmentation des enjeux de responsabilité sociétale – égalité, changement climatique et corruption – ces problématiques sont dorénavant à l’ordre du jour des entreprises puisqu’elles impactent la performance.
  • Les activités RSE des entreprises sont devenues plus stratégiques, systématiques, intégrées, transparentes et basées sur des partenariats.
  • Les entreprises leaders sont en avance par rapport aux réglementations et mènent le débat pour les rendre plus judicieuses. Néanmoins, elles sont minoritaires et les entreprises moins progressistes bloquent les changements constructifs.
  • Le secteur financier démontre des développements positifs, par le biais de son soutien envers les Principes d’Investissement Responsable, du développement rapide des obligations vertes (Green Bonds) et de son initiative pour un marché boursier responsable (Sustainable Stock Exchange Initiative).
  • Les réseaux locaux du Pacte Mondial sont très efficaces dans leurs coopérations avec les entreprises locales autour des enjeux qui sont spécifiques au pays ou à la région.
  • Le jury reste incertain quant au fait qu’une économie responsable, durable et inclusive sera instaurée. Cependant, le Pacte Mondial des Nations Unies a indéniablement aidé à accroître la compréhension de la responsabilité sociétale à travers le monde.
  • Certaines entreprises évoquent une « empreinte nette neutre » dans les domaines du carbone, de l’eau et des déchets, et certains leaders ont établi des objectifs concrets pour atteindre une « empreinte zéro ». Cela est particulièrement prometteur et ces entreprises ouvriront la voie.
  • Les entreprises leaders commencent également à chercher à transformer des risques RSE et développement durable en de nouvelles opportunités.

Changements clés que nous devons voir apparaître au cours des 15 prochaines années
Dr Henrik O. Madsen poursuit : « Si nous voulons observer une évolution radicale, voire même une destruction créatrice, le changement doit avoir lieu simultanément, au sein de trois voies interconnectées vers 2030 : » 

  1. « La responsabilité sociétale est l’affaire des entreprises » - Nous devons mobiliser la vaste majorité des entreprises. La responsabilité sociétale doit faire partie de leur quotidien. Elle doit être intégrée à nos modèles d’entreprise et à nos objectifs sur le long terme pour apporter de la valeur ajoutée à la Société.
  2. « Abattre les barrières, actionner les moteurs positifs » - Nous devons créer les conditions pour accélérer le changement. Il s’agit d’adopter de meilleurs systèmes de gouvernance et de réglementation, plus pertinents, de proposer le bon soutien directionnel et faire évoluer les pratiques des investisseurs.
  3. « Penser différemment pour une nouvelle réalité » - Les changements arrivent. Nous devrions inspirer le changement en présentant de nouvelles opportunités et des solutions durables. De surcroît, nous devrions démontrer que les entreprises sont prêtes pour la transformation.

Les mesures les plus importantes pour une mobilisation rapide
Dr Henrik O. Madsen souligne : « Je suis assurément optimiste en ce qui concerne l’enthousiasme des entreprises à adopter une démarche de partenariat pour répondre aux enjeux du monde d’aujourd’hui et nous mener vers un chemin responsable. Notre évaluation démontre que la plupart des leaders ont désormais mis la responsabilité sociétale et le développement durable à l’ordre du jour. Cependant, il reste une incertitude quant à la capacité des entreprises à se mobiliser de manière suffisamment rapide et importante. Par conséquent, nous soutenons les mesures suivantes : »

  • Le secteur des entreprises peut, comme aucun autre, contribuer aux capacités humaines et financières, à la technologie et à l’innovation et devrait accroître ses efforts.
  • Les entreprises progressives exhortent déjà les gouvernements à promulguer des politiques soutenant les meilleures pratiques responsables et durables. Un exemple serait l’établissement d’un prix sur le carbone, au niveau régional ou mondial. Ce serait un signe efficace.
  • Les investissements responsables représentent une autre mesure clé. Nous devons également mettre un terme aux subventions absurdes et néfastes qui font obstacle au progrès.
  • L’égalité des sexes est indispensable à la solution. Nous constaterons un effet démultiplicateur si nous investissons dans l’éducation et l’émancipation économique des femmes et en garantissant leurs droits. 
  • Les leaders de tout domaine doivent prendre leurs responsabilités pour diriger le monde vers un futur plus résilient, stable et équitable.

    « Enfin, nous devons nous engager à co-investir dans les sociétés dans lesquelles nous opérons. Cela implique aussi de payer des taxes aux communautés dans lesquelles nous travaillons et réalisons nos profits, et d’arrêter toute délocalisation des responsabilités environnementales et sociales vers des marchés moins réglementés. Avec cela, nous pouvons commencer à démontrer notre véritable de qualité leadership, » conclut Dr Henrik O. Madsen.