DNVGL.com

Efficacité énergétique : les entreprises engagées dans la maîtrise des coûts

​Une enquête internationale menée auprès de 1557 professionnels démontre que bien que la plupart des entreprises perçoit les avantages en termes de coûts des démarches d’efficacité énergétique, la majorité d’entre elles n’a pas déployé une stratégie clairement définie, ni d’objectifs concrets ou encore une approche systématique au sein de leur organisation.

Management de l'efficacité énergétique

Les entreprises s’engagent dans des démarches d’efficacité énergétique pour maîtriser leurs coûts, cependant un grand nombre d’entre elles ne travaille sur ces sujets que de manière superficielle : elles ont rarement recours à des solutions permettant d’en exploiter le plein potentiel.

Echantillonnage : taille et industries représentées
Echantillonnage : industrie et taille des entreprises représentées
Investissements dans l'efficacité énergétique au cours des trois prochaines années
Réponses à la question "Pensez-vous investir dans l'efficacité énergétique au cours des trois prochaines années ?"

Ces résultats proviennent d’une enquête internationale menée par DNV GL – Business Assurance, l’un des premiers organismes de certification au monde, en collaboration avec l’institut GFK Eurisko, auprès de 1577 professionnels issus de nombreuses industries et secteurs d’activité en Europe, Amérique et Asie.   

Management de l’efficacité énergétique 

L’efficacité énergétique est une problématique clé, et ce non seulement au plan personnel (77%) et sociétal (81%), mais aussi professionnel (69%). 57% des entreprises interrogées ont mis en œuvre une stratégie d’efficacité énergétique et 55% ont défini des objectifs mesurables, ces résultats étant près de 10 points plus élevés pour les entreprises appartenant à des industries énergivores. Néanmoins, l’efficacité énergétique est une ambition générique, avec des objectifs définis majoritairement au niveau de l’entreprise (37%). Seul un petit nombre a défini des objectifs liés à leurs activités, même au sein des entreprises énergivores.   

Maîtrise des coûts : moteur pour des démarches responsables et durables 

67% des entreprises ont investi dans des initiatives d’efficacité énergétique au cours des trois dernières années. La maîtrise et la réduction des coûts est le principal moteur pour ces démarches responsables et durables : 46% ont affirmé avoir investi dans des mesures d’efficacité énergétique afin d’obtenir des outils plus efficients, ou pour réduire leur consommation énergétique et les coûts. Les entreprises font des efforts concrets afin d’optimiser leur management de l’énergie, sans pour autant avoir une vision sur le long terme. Seules 26% des entreprises ont un plan de management de l’énergie. 

Des initiatives plus poussées, comme des formations pour les équipes (21%), avoir des responsables dédiés au management de l’énergie (20%), ou mener des audits ou évaluations (20%), jouent un rôle mineur. Peu d’entreprises ont adopté une stratégie claire et une approche systématique : moins de la moitié des entreprises qui ont mené des actions d’efficacité énergétique sont capables de quantifier les économies d’énergies réalisées.   

Principaux obstacles et bénéfices 

La sensibilisation au management de l’efficacité énergétique semble être acquise, ce point étant souligné comme problématique par seulement 18% des entreprises. Les contraintes économiques sont le principal obstacle au progrès en matière de management de l’énergie : elles ont d’autres priorités (36%), l’implémentation et la maintenance sont trop coûteuses (33%), le retour sur investissement est trop faible (25%) et la priorité est donnée aux résultats court terme (24%). Une approche systématique aiderait les entreprises à prendre les bonnes décisions et avoir un véritable retour sur investissement. Pour autant, les bénéfices sont déjà perçus comme supérieurs aux investissements (54%).   

Perspectives d’avenir 

En se projetant dans les années à venir, les entreprises devraient renforcer leur engagement envers l’efficacité énergétique en adoptant une approche plus mature. Les activités liées à la réduction de consommation et des coûts demeureront les plus communes. Toutefois, il devrait y avoir également une augmentation significative dans la mise en œuvre d’actions stratégiques comme les formations pour le personnel (+13% par rapport à aujourd’hui), l’identification de potentiels d’économies d’énergie (+8%) et la préparation de plans de management de l’énergie (+7%).   

Luca CRISCIOOTI, PDG de DNV GL – Business Assurance a commenté ces résultats : « La majorité des entreprises n’adopte malheureusement pas une approche holistique. Nous pouvons observer que l’efficacité énergétique n’est pas adoptée à tous les niveaux organisationnels. Les entreprises se concentrent également, dans leur grande majorité, sur la réduction des coûts et de la consommation –ce qui est évidemment positif–, pour autant elles n’ont pas une approche complète leur permettant exploiter le plein potentiel du management de l’énergie. Etablir un système de management de l’énergie les aiderait à définir une stratégie qu’elles pourront ensuite traduire en actions. Faire face aux défis d’efficacité énergétique uniquement au niveau opérationnel n’est pas suffisant. »   

Méthodologie et échantillonnage 

L’enquête a été menée au mois d’avril 2015 auprès d’un échantillon de 1557 professionnels travaillant dans des entreprises de premier ordre du secteur primaire, secondaire et tertiaire, basés en Europe, Amérique et Asie. L’échantillon se compose de clients de DNV GL et n’est pas statistiquement représentatif des sociétés dans le monde :

  • 22% des entreprises emploient moins de 50 employés, 35% de 50 à 249 employés et 43% 250 employés ou plus ;
  • 4% des entreprises appartiennent au secteur primaire, 54% au secondaire, 42% au tertiaire ;
  • 18% des entreprises appartiennent à un secteur d’activité énergivore : Industries extractives ; Production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau ; Travail du bois et fabrication d'articles en bois, liège (sauf mobilier) ; Travail et fabrication d'articles en paille ;  Industrie du papier et du carton ; Edition, imprimerie, reproduction ; Cokéfaction, raffinage, industries nucléaires ; Industrie chimique ; Industrie du caoutchouc et des plastiques ; Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques ; Métallurgie ; Recyclage.
  • L’échantillon comprend 67 entreprises définies comme « Leaders » 
    • La classification d’une entreprise dans la catégorie « Leaders » est basée sur une série de critères spécifiquement définis par DNV GL : avoir une stratégie d’efficacité énergétique, mettre en place des objectifs d’efficacité énergétique mesurables, mettre en place des objectifs de réduction au niveau de l’entreprise, des établissements ou sites et des zones (lignes de production etc.), avoir investi dans des initiatives d’efficacité énergétique au cours des 3 dernières années, quantifier les économies d’énergie atteints grâce à ces initiatives, être capable d’évaluer le ratio investissement/bénéfice des actions mises en place. Plus d’informations sont disponibles dans le rapport.
  • Le questionnaire a été administré selon la méthode CAWI (Computer Assisted Web Interviewing).

Note au lecteur 

DNV GL est l’un des principaux organismes de certification au monde. Par le biais de nos services de certification, de vérification, d’évaluation et de formation, nous aidons les entreprises à s’assurer des performances de leurs organisations, produits, employés, équipements et installations, et chaînes d’approvisionnement. Nous construisons des relations de partenariat avec nos Clients, créant ainsi une plate-forme pour une performance durable et responsable et la confiance des Parties-Prenantes. 

Le Groupe DNV GL opère dans plus de 100 pays. Nos 16000 experts travaillent pour apporter des solutions innovantes à nos Clients et les aider à rendre le monde plus sûr et plus durable.