DNVGL.com

Breadcrumbs

Notre histoire

L’histoire commune de DNV GL remonte à 1864

SHARE:
PRINT:
Skibsregister 1912 Image
Les origines partagées de DNV GL remontent à 1864, lorsque Det Norske Veritas (DNV) a été fondée comme organisation de membres à Oslo. Les associations d’assurance mutuelle pour le transport maritime de Norvège se sont regroupées pour établir des normes et procédures homogènes, utilisées pour évaluer les risques pour assurer les navires individuellement. Le groupe avait pour objectif de proposer « une classification et une imposition fiable et uniformisée des navires norvégiens. »

A cette époque, l’industrie maritime norvégienne était un secteur à croissance rapide, et dépassait ses frontières traditionnelles locales. Un marché émergent, d’envergure nationale, pour l’assurance était nécessaire. Trois années plus tard en Allemagne, un groupe de 600 propriétaires, constructeurs et d’assureurs de navires se sont regroupés dans la Grande Salle de la place boursière de Hambourg. Il s’agissait de la convention fondatrice de Germanischer Lloyd (GL), une association à but non lucratif basée à Hambourg.


GL a été fondé sur le souhait de créer plus de transparence. Les négociants, propriétaires et assureurs avait alors souvent peu d’informations sur l’état des navires. En tant que société de classification indépendante, GL a été créé pour évaluer la qualité des navires et proposer les résultats aux parties prenantes. Le premier registre international de classification de navires de GL, publié en 1868, compte 273 navires contrôlés. En 1877, ce nombre a été multiplié par dix. De ce fait, le réseau d’experts maritimes s’est développé rapidement.


En parallèle, la flotte de DNV s’est également agrandie rapidement. Les premiers agents, à ce moment-là experts maritimes permanents, ont été sélectionnés par un certain nombre de pays pour mener leurs missions auprès des navires norvégiens à l’étranger. Les navires à vapeur ont été introduits dans les années 1870, changeant drastiquement le secteur de la classification, ainsi que le travail et les compétences requises pour les experts maritimes.


GL et DNV ont travaillé ensemble depuis toujours. Les enregistrements du comité de DNV du mois de septembre 1868 énumèrent des projets pour créer un registre de classification commun aux deux organisations. Ces discussions s’avérèrent en fin de compte infructueuses, tout comme des discussions similaires datant de 1897 à propos de la reconnaissance mutuelle des certificats et un registre de navires commun.


Moteurs sociaux

La Société s’est transformée en une partie prenante de plus en plus attentive pour l’industrie, alors majoritairement privée et libérale. Les lignes de flottaison développées par Samuel Plimsoll sont devenues obligatoires pour chaque navire britannique à partir de 1891, sauvant la vie de marins tout au long des côtes britanniques. Les lignes de flottaison ont été imposées en Norvège en 1907.


Le désastre du Titanic en 1912 a porté le sujet de la sécurité en mer au centre des préoccupations de l’opinion publique. Les sociétés de classification internationales ont joué un rôle important pour la sécurité des navires. Cependant, le directeur général de GL, Carl Pagel et Johannes Bruun de DNV étaient les seuls représentants délégués officiels de l’industrie de la classification présents lors de l’adoption de la première Convention International pour la Sauvegarde de la Vie Humaine en Mer (SOLAS).


Le coût de la guerre

Pour GL, la Première Guerre Mondiale était un sérieux revers. Les relations internationales ont été rompues et les navires battant pavillon étranger ont changé de classification. La période d’entre deux guerres a représenté une amélioration et une nouvelle croissance jusqu’à ce que la Deuxième Guerre Mondiale produise ses effets. La reprise économique de l’Allemagne suite à la Deuxième Guerre Mondiale a mené à des améliorations et une croissance rapides pour GL.


Après la Première Guerre Mondiale, la transition depuis les navires à voile vers des navires à vapeur a apporté un changement fondamental dans la technologie et les compétences nécessaires pour l’industrie de classification. Les règles obsolètes n’étaient plus en lien avec les méthodes des constructeurs de navires du moment. Entre 1920 et 1940, DNV était techniquement indépendant et a établi une nouvelle culture en mettant la priorité sur l’ingénierie, la construction et la conception. Puis, la Deuxième Guerre Mondiale est arrivée et DNV a échappé de peu la division de son organisation.

Hamburg harbour image
Hambourg, Allemagne
Ship in sea image

Nouvelle vision

Quand Georg Vedeler a été nommé directeur général de DNV en 1951, il a introduit une approche plus scientifique à la construction de navires. Sa vision était de construire des navires plus sûrs de manière plus efficace, en utilisant des compétences scientifiques. De nouvelles règles basées sur une approche scientifique, analytique et théorique ont été introduites, et une étape significative a été franchie vers l’établissement d’un département dédié à la recherche. Cela a créé des opportunités pour DNV dans les segments plus contraignants et exigeants de la construction de navire, ce qui concernait dans un premier temps les nouveaux supertankers ou pétroliers géants, puis les méthaniers, les butaniers et les chimiquiers. La flotte était toujours majoritairement norvégienne, mais l’internationalisation prenait de l’ampleur.


GL a également adopté une approche scientifique pour son développement post-Deuxième Guerre Mondial. Cela a mené à l’introduction de l’analyse informatique de grande puissance, permettant la conception et la construction de navires de tailles plus conséquentes et plus modernes. Les investissements de GL dans la recherche et l’innovation ont permis la construction de nouvelles règles pour les porte-conteneurs, et l’entreprise a rapidement dominé ce segment au sein du transport maritime international.

 

Boom pétrolier en Mer du Nord

 

DNV était bien préparé en termes de compétences et d’impact lorsque du pétrole pouvant être utilisé à des fins commerciales a été découvert en Mer du Nord. L’entreprise a été amenée à jouer une part importante dans cette nouvelle industrie au sein de la Norvège comme conseiller à la fois pour les autorités et pour les compagnies pétrolières. DNV a utilisé son expérience et ses compétences techniques dans l’industrie maritime pour développer et introduire la vérification et l’inspection pétrolière et gazière, ainsi que des services de management des risques.


Les premières règles de pipeline ont été publiées par DNV en 1976, créant une référence mondiale. A partir des années 1970, DNV a mené la plupart des missions de supervision et d’inspection sur le plateau continental norvégien. Les plateformes flottantes offshore et les navires de ravitaillement sont devenus de nouveaux segments importants pour DNV dans la classification de navires traditionnelle. 


Les technologies offshore sont également devenues un secteur d’activités significatif pour GL au début des années 1970, pour le compte du Ministère Fédéral de la Recherche et de la Technologie allemand. De nombreux projets de technologies offshore ont suivi, mais contrairement à DNV, GL a manqué du soutien d’un marché national solide sur ce segment.


Industries émergeantes

En 1977, l’énergie éolienne a été introduite comme nouveau secteur d’activité. Pour GL et DNV, ce secteur ainsi que d’autres domaines de services de préservation de l’environnement ont représenté de nouvelles opportunités pour une croissance organisationnelle provenant d’une base technologique importante, poussée par la recherche. De nouvelles règles ont été développées et la certification d’éoliennes installées sur terre ou en mer est devenue un domaine de croissance non-négligeable pour DNV. Malgré des périodes de revers et de déclin dans le transport maritime et le pétrole, DNV aussi bien que GL ont été capable de se concentrer sur la croissance et l’internationalisation tandis que la fin du vingtième siècle approchait. 


A la fin des années 1980 et au début des années 1990, la nouvelle industrie de certification de systèmes de management basée sur les normes ISO a émergé, et DNV et GL ont tous deux pris des positions mondiales dans l’industrie croissante du contrôle, de l’inspection et de la certification.


L’âge des alliances

Les alliances, fusions et acquisitions sont devenues des leviers stratégiques pour GL et DNV. Les acquisitions d’Advantica (Royaume-Uni) en 2008 et de Trident (Malaisie) en 2009 ont élargi le périmètre de services de GL aux services d’expertise dans le secteur pétrolier et gazier. La fusion avec Noble Denton en 2009 a continué à élargir ses activités dans les services techniques offshore. Cela a été soutenu par les acquisitions de PVI (Canada) en 2007, MCS (Etats-Unis) en 2008 et d’IRS (Singapour) en 2009, ce qui a amélioré ses positions dans le domaine de l’inspection.


En 2005 DNV a acquis CCT (Etats-Unis), un spécialiste dans le contrôle de la corrosion et l’analyse de l’intégrité des pipelines et des usines. Deux autres acquisitions ont suivi : Global Energy Concepts (Etats-Unis) en 2008 et Behnke, Erdman and Whitaker (BEW) basé aux Etats-Unis en 2010. Pour soutenir les principales stratégies au sein du domaine de la protection de l’environnement DNV a établi son Centre de RSE & Développement Durable à Pékin en 2009 et un Centre de Technologies Propres à Singapour en 2010.


Safer, Smarter, Greener

S’adaptant stratégiquement aux défis posés par le changement climatique, et suivant le développement de l’accord de Kyoto, DNV a été accrédité par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques pour ses mécanismes de développement propres (MDP) en 2005. En 2006, DNV détenait près de 50 pour cent du marché mondial pour les vérifications de réductions des émissions. 


En 2012, DNV et KEMA ont uni leurs forces pour créer un leader international des services d’expertise-conseil, d’essais et de certification pour le secteur global de l’énergie. KEMA a été établi par l’industrie d’énergie électrique néerlandaise en 1927 et s’était par la suite développé pour devenir une marque mondiale de premier plan proposant des services pour le secteur de l’énergie dans le monde. Cela comprenait les énergies renouvelables, la réduction des émissions et l’efficacité énergétique, mais aussi la production, la transmission et la distribution électrique.


Le nouveau Groupe DNV GL est devenu opérationnel le 12 septembre 2013. Cela a fait suite à une longue période de d’échanges, notamment des avancées dans la construction de relations et de discussions à propos de coopérations et de fusions en 1986, puis en 2000 et aussi en 2006. Des changements de responsabilités et l’alignement stratégique entre les deux entreprises et leurs directeurs ont créé de nouvelles opportunités et la fusion a finalement été fructueuse. Le Groupe DNV GL comprend près de 16 000 employés dans plus de 100 pays.


Aujourd’hui, DNV GL a une position solide en tant qu’acteur mondial dans les industries maritime, pétrolière et gazière, de l’énergie ainsi que dans le secteur agroalimentaire et de la santé pour répondre non seulement aux nouveaux défis, mais aussi aux attentes des entreprises et de la société.